Dr Edward Bach.jpg

Présentation du Dr Edward Bach

Edward Bach est né le 24 septembre 1886 à Moseley. Quand il était écolier, il passait ses vacances dans les villages et les montagnes dormant la nuit où il pouvait, heureux d’être en compagnie de ses amis les oiseaux, les arbres et les fleurs sauvages. Son amour pour la nature était très fort dès son plus jeune âge. La souffrance et la détresse de toute créature humaine ou animale, éveillait en lui une telle compassion et un tel désir d’aider les autres dans leur peine qu’il décida encore jeune, d’être médecin.

Son idéal de guérir d’une manière simple toutes les maladies prit de la force avec l’âge jusqu’à devenir une conviction qui motiva tout le travail de sa vie. Il fut tour à tour pathologiste, bactériologiste et homéopathe, et son seul but fut toujours de trouver des remèdes purs et simples pour remplacer les moyens scientifiques compliqués qui ne donnaient aucune certitude de guérison. La véritable étude pour lui, c’était l’étude du malade ; observer la façon dont le malade faisait face à son mal et comment ces différentes réactions influaient sur la durée et l’intensité de la maladie.

Il remarqua que la personnalité de l’individu prenait souvent plus d’importance que le corps dans le traitement de son mal et ainsi grandit en lui la conviction que le véritable remède devait être doux, sans douleur et insignifiant. Il donna tant de lui-même pendant des années, entre assurer quatre cents lits à l’hôpital, ses travaux de chercheur et ses obligations en tant qu’assistant à l’école médicale, qu’il tomba dans le coma et fut opéré à son insu. Vinrent ensuite des semaines et des mois d’hôpital. Les docteurs ne lui donnèrent plus que trois mois à vivre. Plus que la douleur physique, la pensée qu’il n’avait pas atteint le but de sa vie le torturait.

Il finit par accepter cette idée, fermement décidé à employer chaque minute qui lui restait à vivre, à travailler à la découverte du remède simple et bénin. Il s’absorba tant et si bien dans ses travaux, qu’il finit par guérir. Toute l’équipe médicale était abasourdie de cette guérison.

Bach réfléchit sur ce qui l’avait amené à la guérison et en vint à la conclusion qu’un intérêt absorbant, un grand amour, un but précis dans la vie, étaient des facteurs décisifs pour le bonheur de l’homme sur terre.

Vers la fin de 1918, ses recherches prirent un nouveau tournant ; il eut le poste de chercheur en bactériologie et pathologie au London Homeopathic Hospital. Il s’intéressa aux travaux d’Hahnemann et au principe « Traiter le malade, et non la maladie » devint la base du nouveau système de médecine par les simples.

En 1924, il fit un communiqué au British Homeopathy Congress « la toxémie intestinale dans sa relation avec le cancer » mettant en évidence le fait que l’amélioration obtenue était dû à l’amélioration de l’état général et non au traitement local. Il prouvait ainsi scientifiquement que le tempérament du patient était l’indication primordiale dans le choix de la médication.


Il s’aperçut ensuite qu’il y avait plus de sept groupes. Il lui vint l’idée que tous les individus d’un même groupe ne viendraient pas à souffrir d’une maladie semblable mais que tous ceux appartenant à un groupe donné en viendraient à réagir de manière semblable à des maladies différentes.

Le Docteur Edward Bach aura consacré sa vie à la recherche d'une médecine simple comme la nature qu'il aimait tant.

"L'âme souhaite jouer sa symphonie sur le clavier d'un piano,

mais constate que ce dernier est désaccordé.

Les élixirs floraux sont des accordeurs de piano." 

Dr Edward Bach